Démarche architecturale

le projet de réhabilitation de la Villa Gaby s'est appuyé sur des choix architecturaux en total respect avec l'essence et l'esprit qui a guidé la construction de cette majestueuse bâtisse de la fin du XIXe siècle.
Au delà d’une simple rénovation, le travail architectural a cherché à mettre en valeur le patrimoine de la Villa Gaby. La priorité fut de revenir sur les déstructurations de la bâtisse afin de restituer les volumétries, les éléments graphiques et décoratifs d’origine. La présence des nombreux décors, en façade comme dans les pièces intérieures (décors en stuc, sols et boiseries) constituent le charme singulier et caractéristique de cet édifice. Pour magnifier ces éléments, il était indispensable de les remettre à l’honneur et de les faire ressortir de manière évidente et brute. Les sols en mosaïques, les plafonds, les colonnes de marbre ou les décors de boiseries ont été restaurés et conservés afin de répondre au caractère spécifique de ces éléments.

Dans la restauration du Salon « Traquandi », le spectre et les fantômes des décors anciens ont été préservés dans leur forme primitive, figés par un simple vernis. Les marques de décennies d’interventions ont été conservées et fixées à travers les formes et les couleurs originelles. Le choix de l’artiste Gérard Traquandi, qui a collaboré pleinement avec l’architecte à la création de l’univers de ce salon central, a été pensé pour rendre hommage à l’esprit de ce lieu unique. Son propre travail est connu comme jouant sur la trace et l’empreinte, jouant davantage sur le retrait plutôt que l’ajout de matière. L’artiste dédicace ce salon par l’exposition de plusieurs œuvres picturales en lien avec cette démarche artistique.

Ce travail général d’épure réalisé, l’enjeu pour l’architecte était de réussir à faire la synthèse entre l’architecture du XIXe siècle et une approche esthétique plus contemporaine. Offrir à ce joyau de la corniche un nouveau cycle de vie entre simplicité et modernité était l’un principe phare de la réhabilitation de la Villa Gaby. C’est ainsi par l’art contemporain, les choix de mobilier, d’éclairage et de décoration que ce lien entre passé et modernité a pu être recréé.

Les tableaux, le mobilier de Piero Lizzoni toujours édité chez Cassina, les luminaires de Roberto Paoli ou Konstantin Grcic viennent ainsi accompagner en toute simplicité ce parti pris résolument épuré et minimaliste. La présence de mobiliers sur mesure et d’époque, associée à une décoration étudiée et élégante, a permis de créer une atmosphère subtile et spécifique, propre à ce lieu d'exception. Un grand merci aux talents de tous ceux qui se sont investis dans ce beau projet.